Histoire de la famille de Colombel

Le premier ancêtre dont nous avons la trace est Jean COLOMBEL, époux de Jeanne de LA HAYS (ou de LA HAYE), qui fut anobli en 1598 et dont les armoiries établissent le lien aux de COLOMBEL avec certitude.
La pièce référencée Fr 32324 dans les Manuscrits de la Bibliothèque Nationale, établit que :

Jean COLOMBEL
x Jeanne de la HAYS
|
Pierre
x Catherine de la CHESNOYS
|
|-Pierre
| x Anne PERDRIX
| |
| Jean Baptiste
|
|-Jacques
 x ?
 |-Jacques
 |-Nicolas

Les pièces référencées F2 32310 et 32324 de la Bibliothèque Nationale, relative au maintien dans sa noblesse de Jean-Baptiste COLOMBEL (lettre de surannation), écuyer demeurant en la paroisse de Caumont, élection de Ponteaudemer, datant du 5 février 1667, décrit les armoiries de la famille :

Porte d’azur à  la fasce d’or, accompagnée en chef de deux colombes, affrontées d’argent, béquées de gueule en pointe d’un serpent d’argent.

Le berceau de la famille semble donc être Caumont, dans l’Eure, en Haute-Normandie, au bord de la Seine.

Puis, la trace de la famille se perd.

Elle réapparaît avec Isaac de Colombel, décédé à  Caumont en 1768. Isaac, marié à  Anne de MACON, eut un fils, Isaac-Jacques, né en 1725, que nous appelons « le grand-père des Indes ».

Notre aïeul était militaire dans l’armée du roi, aux Indes. Lors d’un retour en France, ses deux frères aînés qui n’avaient pas eu de descendance le prièrent de perpétuer le nom. Il se maria à  l’âge de 59 ans avec Anne LE VAYER. Il eut un fils, Jacques Louis Félicité, à  l’âge de 60 ans, et décéda à  l’âge de 61 ans. Notre nom a donc bien failli disparaître avec cet ancêtre, n’eut-il pas ressenti l’appel des gênes au soir de sa vie.

Cliquez ici pour aller voir sa fiche sur la partie généalogique du site.

C’est sans doute en raison de son âge que son descendant, né en 1785, a été épargné par la colère des révolutionnaires. La tradition veut que la « jeune veuve » et son enfant eurent seulement été contraints de brûler les titres de noblesse dans la cheminée.

À partir d’Isaac, on connaît avec certitude les liens de filiation jusqu’aux descendants actuels.

Laisser un commentaire